Scroll Top
Logo homélies

Homélie du dimanche 25 février 2024

« Rayonner » : voici donc le verbe retenu par l’équipe de la catéchèse pour ce deuxième dimanche de carême. Dans la première lecture, c’est Dieu lui-même qui rayonne d’amour, en faisant comprendre à Abraham que les sacrifices humains sont inutiles et à supprimer définitivement. Dans la deuxième lecture, l’apôtre Paul nous présente le Seigneur comme celui qui est rayonnant de vie, de générosité, de présence. Et dans l’Evangile, c’est Jésus lui-même qui est transfiguré, annonçant ainsi sa Passion et sa résurrection. Jésus rayonne en accomplissant les promesses de l’Ancien Testament, en se révélant comme Fils de Dieu, et en ouvrant une folle perspective d’espérance pour ses disciples et pour l’humanité tout entière !

Nous sommes appelés, en ce dimanche, à devenir chaque jour davantage rayonnants, nous aussi. Le temps du carême, s’il suppose des efforts et une sincère conversion de nos cœurs, est aussi une période pour la joie et la confiance. Et cela doit se voir sur nos visages ! Pour devenir des témoins authentiques de l’Evangile, il est bon que nous puissions être transfigurés de l’intérieur, pour montrer à nos frères et sœurs qu’il s’agit bien d’une Bonne Nouvelle… Car un saint triste est un triste saint !

Trop souvent dans le passé, les chrétiens ont donné l’image de personnes austères, parfois renfermées, voire intolérantes. Or le message de l’Evangile nous pousse, au contraire, à la bienveillance et au bonheur. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de profondeur, d’intériorité, de sérieux dans notre relation avec le Seigneur et avec les autres. Mais que nous sommes appelés à partager les joies des personnes que nous rencontrons, comme Jésus savait le faire avec ses disciples, ses proches, et avec les personnes chez qui il était invité.

Cette semaine, essayons donc, frères et sœurs, de privilégier ces petits moments de joie : des rencontres, des sourires, une écoute, des paroles qui relèvent et réchauffent, des gestes de générosité ; accueillons les joies qui touchent les autres comme des cadeaux à partager. Que notre prière soit aussi emplie de cette joie de nous savoir infiniment aimés de Dieu ! Rayonnons, en vérité et en confiance, de cette incroyable espérance qui culminera la nuit de Pâques…

Jésus, toi le transfiguré de l’amour, ouvre nos cœurs et apaise nos visages ; donne-nous la douce certitude que notre foi nous ouvre à la joie profonde et rayonnante. Amen.

Alain-Noël Gentil