Le troiscentsoixante Bulletin n°16

troiscentsoixante

Bulletin n°16 – mai 2018

Se former

Se former

Edito

           « Se former… »

Voilà le thème de ce nouveau numéro de votre bulletin paroissial ! Ce choix peut vous étonner, car nous parlons souvent de « formation » en évoquant la scolarité, les études, la vie professionnelle. Mais alors, en quoi concerne-t-elle notre vie chrétienne ?

Durant le carême, nous avons eu l’occasion de réfléchir à l’importance de cette « vitamine ». Il s’agit, pour chacun de nous, d’une formation permanente ! Et il existe mille et une façons de nourrir notre foi, de l’approfondir, de la « ruminer ».

Se former, c’est peut-être d’abord prier, célébrer, méditer, se mettre à l’écoute de la Parole du Seigneur. C’est ensuite prendre les moyens de réfléchir, ensemble, à la question de Dieu, qui n’est ni immédiate ni évidente dans le monde d’aujourd’hui.

Notre paroisse et notre diocèse proposent des rencontres, des temps forts, des fraternités, des parcours pour que nous puissions échanger et aller plus loin ! Préparer une célébration, accompagner les personnes qui demandent un sacrement, soutenir les enfants et les ados qui cheminent avec Jésus, faire le choix de suivre des conférences, sont quelques moyens simples de « bûcher notre foi », comme le dit le père Guy Gilbert.

Puisque le Christ a « formé » ses apôtres et ses disciples, n’ayons pas peur de nous laisser instruire à notre tour ! Dans la joie de Pentecôte, demandons à l’Esprit-Saint d’éclairer nos choix : notre foi sera encore plus belle, vivante, et nous serons davantage témoins de la Bonne Nouvelle !

Alain-Noël Gentil

Sommaire

 

 

Former et …

Voilà 10 années que Françoise Maniguet accompagne les enfants de la paroisse à la découverte de la vie de Jésus.

Bretonne d'origineBretonne d’origine, elle est arrivée  il y a  une douzaine d’années à Saint-Egrève avec son mari et leurs 3 enfants. C’est à l’issue du baptême de ses jumeaux, qu’elle a répondu à l’appel de Monique Jay, alors en charge de ce service en 2008, et qui la pressentait pour s’engager dans la catéchèse des enfants. Après une année consacrée à l’éveil à la foi des petits, elle s’est ensuite orientée vers les CE2, CM1, CM2, qu’elle accompagne depuis. « Je n’avais aucune expérience de caté quand je me suis lancée, et j’ai été lâchée dans le grand bain toute seule d’abord pendant 3 ans, puis, un an avec Sabrina, 2 ans seule à nouveau avec le prêtre, et maintenant nous formons une équipe de 4 (avec Laetitia, Babeth et Laetitia) pour encadrer une soixantaine d’enfants…La formation pour moi est essentielle ; il y a, je dirais, 2 types de formation :

une formation personnelle: j’ai donc dans un premier temps puisé dans la Bible tout ce que je pouvais trouver sur les thématiques abordées lors des séances, aidée aussi par mes nombreuses lectures personnelles et mes recherches sur internet. Cela m’a permis d’avoir une vraie assise pour mieux connaître la signification des textes, pour en discuter plus facilement, en plus du temps de préparation avec les autres catéchistes et le prêtre accompagnateur.

une formation dispensée par le diocèse: entre autres « L’école pour l’annonce de l’Evangile », axée sur l’accueil de l’autre tel qu’il est et là où il en est, permettant aussi de se positionner dans sa propre foi; une sorte de « savoir être » en  relation avec l’autre et  pour mieux accueillir sa parole. En m’engageant j’avais envie de faire ungroupe d'enfant vrai partage : transmettre des connaissances, savoir comment les enfants les reçoivent et écouter ce qu’ils ont à partager, car ils peuvent dire des choses extraordinaires. Il faut savoir les écouter…

Aujourd’hui, les temps de partage de nos expériences entre catéchistes et avec Alain-Noël nous aident pour nous ressourcer, et même si nous avons peu de retour de la part des parents, cet engagement, je ne le regrette absolument pas , surtout quand un enfant vous déclare : « mais toi, on voit la joie dans tes yeux ! »

Propos recueillis par Bernadette Bernard

 

Partager la Parole en Fraternité : une autre manière de se former…

En quoi cette fraternité locale de lecture de la Parole à Quaix-Proveysieux permet-elle de se former ? Je participe depuis quelques années à ce Groupe de  prière. Il ne me forme pas vraiment, au sens d’une formation d’enseignement où l’on acquiert des compétences et des connaissances dans le but d’une activité professionnelle ou associative. Non, bien plus : ce groupe de prière me transforme !

Nous nous réunissons une heure tous les quinze jours pour lire et commenter ensemble un texte. Nous suivons un Evangile jusqu’à son terme avant de passer à un autre écrit biblique. Ainsi l’un d’entre nous lit un extrait, puis nous en commentons les versets et leurs mots pour mieux découvrir ou percevoir leur sens. La parole circule librement et fraternellement entre nous, en toute humilité et simplicité. Personne n’ayant à convaincre personne, la valeur de chaque point de vue exprimé est totale. Ce mode de partage respectueux et apaisé autour de la lecture de la Parole s’avère d’une richesse inouïe ! …/…

 

se former à la foi(s) !

Préparer une célébration avec Catherine et Georges-Henri

Catherine : Pour ma part, lorsque j’accepte de participer à une préparation de célébration, c’est déjà un « dérangement », dans mon emploi du temps, dans mes priorités. Avant de me former, ces préparations me déplacent ! Condition sans doute indispensable pour que ça nous fasse grandir.

Georges-Henri : Dans ce sens, ça nous forme à une certaine disponibilité et aussi à une fidélité envers notre communauté de croyants : des gens viennent à la messe, il ne faut pas les laisser tomber…

C : Pendant la préparation, entendre les textes lus par d’autres nous les fait ré-entendre. Le partage qui suit  est toujours l’occasion de découvertes. Et en général Alain-Noël a l’art de pointer du doigt un mot, une phrase, une situation qui permettent d’entrer dans les textes avec un angle de vue qui rend les choses tout d’un coup neuves et évidentes. C’est très précieux!

GH : Préparation et animation sont aussi pour moi une formation à l’exigence et à l’humilité, ce qui peut paraître contradictoire. Rien que lire un texte, pour le donner à entendre et pas seulement pour arriver au bout, c’est drôlement exigeant ! Et humilité, parce qu’on sait bien qu’il y aura toujours quelque chose qui ne marchera pas comme on l’avait souhaité. C’est l’humilité du service. Ca s’apprend tous les jours.

C : Cette exigence et cette humilité sont des aspects particulièrement importants lorsqu’il s’agit de l’animation liturgique en maison de retraite.  Pour une assemblée de personnes âgées, dont beaucoup sont souvent « absentes », l’exigence c’est de ne pas se contenter d’un service minimum ! Elles aussi ont droit à de beaux chants, à des prièrespréparation de célébration bien préparées, à une salle accueillante …

GH :  Parlons aussi de formation à la prière. Comment transformer un casse-tête (c’est souvent comme ça que ça commence !) en prière universelle? Comment faire que cette prière ne soit pas trop personnelle, qu’elle puisse entrer en résonance avec les prières de l’assemblée ? C’est toujours un défi ! Mais ça fait grandir !

C: Eh oui! Ca fait grandir dans la foi. Et ça fait sortir de soi ! Animer une liturgie permet de ne pas oublier que nous sommes appelés à vivre notre foi en Eglise. Alors, même si animer une liturgie donne l’impression de prendre une place « à part », c’est juste prendre « sa » place, en toute simplicité.

Propos recueillis par J.J.

 

…/… Comment la Parole fait-elle grandir dans la foi ? Cette fraternité de lecture de la Parole aide à progresser dans la foi car chacun découvre des aspects de l’enseignement du Christ auxquels il n’avait pas forcément pensé. Parfois, il se produit dans le groupe des petites fulgurances, ou grâces qui viennent éclairer tel acte ou parole de Jésus. Cela, dans un double contexte : celui des deux natures de Jésus-Christ _totalement Dieu et totalement homme_ et celui du cadre historique complexe de l’époque en Terre Sainte. Ces moments d’échanges touchent intérieurement, parfois si profondément qu’ils infusent durablement jusqu’à modifier en partie, peut-être, le comportement vital !

C’est là que je prends conscience que si l’homme est malade sur les plans de l’être, c’est essentiellement parce qu’il a oublié Dieu. Aussi, tous ces moments partagés autour de la Parole contiennent une valeur thérapeutique et offrent une vraie nourriture spirituelle. Ils mettent de l’ouverture dans les clôtures de nos vies.

La prière du Notre Père achève chaque réunion. Nous nous quittons la Joie dans les cœurs, car les textes partagés exhalent toujours l’encens du Respect, de l’Humilité, de la Foi, de la Charité et de l’Amour…  DD

Propos recueillis par Jacques Jourdan

 

Jésus pédagogue

Comment Jésus s’adresse t-il à ses différents publics pour se faire comprendre par tous et incite t-il à approfondir ainsi sa Parole? Le regard d’Isabelle Carlier,  bibliste au Centre théologique de Meylan…

A la lecture des évangiles, on est frappé par l’efficacité de la parole de Jésus : elle ne laisse pas ses auditeurs indifférents mais fait réagir, invitant au dialogue et à une rencontre en vérité. On pourrait être tenté de chercher à comprendre  quelles sont ses « techniques de communication » ! Mais à y regarder de plus près, ce n’est pas d’abord de cela qu’il s’agit. Ce qui frappe chez lui, c’est « l’autorité » avec laquelle il enseigne. C’est ce que nous dit par exemple Marc au début de son évangile : « Et dès le jour du sabbat, entré dans la synagogue, Jésus enseignait. Ils étaient frappés de son enseignement, car il les enseignait en homme qui a autorité et non pas comme les scribes » (Marc 1,22). L’évangéliste ne nous dit pas ici d’abord le contenu du message transmis par Jésus, mais ce qui émane de sa personne, et qui laisse entendre la profonde cohérence entre ce qu’il dit, ce qu’il fait et ce qu’il est.

C’est le plus souvent à l’occasion de rencontres que Jésus « enseigne » et transmet la « Bonne Nouvelle ». Tout son être y est engagé : il regarde, écoute, parfois touche ceux qui demandent à être guéris. Et dans ces rencontres, bien souvent il interroge, il étonne : par son attitude d’accueil, par ses guérisons, ou ses interpellations vigoureuses, il mène l’autre à se situer, à réagir, et l’invite à se déplacer.  Il questionne aussi directement : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » demande-t-il à un aveugle ; ou encore à ses disciples : « Qui suis-je aux dires des foules ?» Parfois, même,

il répond à une question…  par une autre question ! « Et voici qu’un légiste se leva et lui dit, pour le mettre à l’épreuve : « Maître, que dois-je faire pour recevoir en partage la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Dans la Loi qu’est-il écrit ? Comment lis-tu ? » (Luc 10, 25-26). C’est dire l’importance qu’a pour lui la parole de l’autre, mais surtout l’attention qu’il porte à l’aspiration profonde de celles et ceux avec qui il est en relation. Cette écoute de Jésus ouvre à une mise en route de celui qu’il rencontre : s’il croit dans le désir de vie de l’autre, il fait confiance également à ce que celui-ci peut mettre en œuvre pour progresser sur ce chemin. Cela se manifeste notamment dans les appels qui concluent souvent ces rencontres : « Va et ne pèche plus » ; « Lève-toi et marche » ; « Va et fais de même ».

Les paraboles aussi sont une manière de susciter l’étonnement : il y a quelque chose d’inattendu à entendre, une nouveauté à recevoir. Ainsi en est-il du Royaume de Dieu dont elles parlent. Même si elles partent d’images et de réalités de la vie quotidienne, les paraboles conduisent à découvrir quelque chose de mystérieux et de caché. Elles sont appel à la liberté de l’auditeur : accepte-t-il de se laisser bousculer ? Va-t-il entendre les résonances dans sa propre vie ?

Jésus ne cesse d’étonner et d’interroger, encore aujourd’hui, ceux qui entendent sa parole. Et d’inviter ainsi ceux qui le désirent à entrer plus avant dans la rencontre par les Ecritures, à se laisser questionner, pour être, comme les disciples d’Emmaüs, en chemin avec Lui.

Pour connaître toutes les formations proposées, rv sur le site http://www.ctm-grenoble.org/

 

Petit quizz pour les enfants… et les parents!

  1. Où est né Jésus ?
  2. Combien Jésus avait-il d’apôtres ?
  3. Comment s’appelaient les apôtres…
  4. Dans quels livres trouve-t-on l’histoire de Jésus ?
  5. Qu’est-ce que la fête de Noël ? De Pâques ?
  6. Qu’est ce que la Trinité ?
  7. Comment s’appelle notre pape actuel ?

 

quizz pour les enfants

 

«troiscentsoixante» n°16
Edité par la Maison Paroissiale Saint-Martin du Néron
2, place Saint-Christophe
38120 Saint-Egrève
Tél 04 76 75 26 39
com.smdn@gmail.com
Ont participé à la rédaction de ce journal : Bernadette
Bernard, Cristilla Gariel-Delattre, Alain-Noël Gentil,
Jacques Jourdan.
Directeur de la publication : Alain-Noël Gentil
Tirage : 1000 exemplaires
Imprimerie : Europrim
N° ISSN : SSN 2271—3697

télécharger en format PDF

Articles associés