Homélie pour l’Epiphanie 2020

(Isaïe 60, 1-6 ; Psaume 71 ; Ephésiens 3, 2-6 ; Matthieu 2, 1-12)

 

Quel trafic dans l’étable de Bethléem ! Après les curieux et les badauds de la première heure, après la visite des bergers, voici les mages ! Tout cela ne doit pas être très reposant pour Marie, Joseph et le Nouveau-né… La sainte famille accueille dans son intimité, dans sa fragilité, toutes les professions, tous les statuts. Pauvres ou riches, simples ou savants, Juifs ou païens : chacun peut trouver une place, sa place à la crèche. Car Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est venu pour chacune, pour chacun. Dieu ne fait pas de différence entre les hommes, puisqu’il a fait le merveilleux voyage de l’incarnation pour toute l’humanité ! La seule chose qu’il attend de nous en retour, c’est de nous déplacer un peu, de venir à sa rencontre, d’oser la visite !

Et c’est ce que nous avons fait en nous rendant à cette célébration. Le Christ s’offre à notre foi, notre recherche, notre chemin de femmes et d’hommes ; nous nous sommes déplacés, nous avons pris un peu de notre temps pour venir l’adorer, le prier, lui dire et lui chanter que nous l’aimons !

Et comme les bergers qui ont peut être apporté un peu de lait, des fruits, de la laine, comme les mages qui offrent leurs présents, nous apportons ce que nous sommes : nos vies, nos projets pour 2020, nos prières, les personnes qui nous sont chères…

L’Epiphanie, c’est un merveilleux échange : Dieu nous donne sa présence, en son Fils, il nous offre la paix et la joie ; nous lui présentons nos confiances et nos doutes, notre espérance et nos peines, nos désirs et nos peurs.

Puisqu’il est question de cadeaux, voilà un beau défi en ce début d’année : que voulons-nous offrir aux autres, et à Jésus ? Que souhaitons-nous partager de nos talents, de notre foi, de notre amour ? Comment désirons-nous accueillir le don de Dieu, ce qu’il peut transformer dans notre cœur ? L’apôtre Paul nous donne quelques repères dans la deuxième lecture : il nous propose d’accueillir la grâce, le Mystère, la promesse du Christ. Il nous rappelle l’importance de ne pas les garder pour nous, mais d’y associer tous les chercheurs de Dieu dont nous croisons la route ! Annoncer la Bonne Nouvelle, c’est faire le plus beau des cadeaux au monde ; et pour cela, il est nécessaire de commencer par l’accueillir, en vivre pleinement ! Voilà l’autre chemin que suivent les mages en repartant de Bethléem ; voilà le chemin nouveau que nous sommes invités à prendre, pour notre joie ! En route, frères et sœurs, et cette année sera belle, avec le Christ, notre lumière et notre paix ! Amen.

 

Alain-Noël Gentil

Télécharger en PDF

Articles associés