Homélie du dimanche 30 août 2020

Homélie du dimanche 30 août 2020

 

Pauvre Pierre ! Capable du meilleur comme du pire, de la plus belle profession de foi comme du plus triste reniement, le voici qui se fait sévèrement remettre à sa place par Jésus !

La première intention de Pierre était pourtant louable : ne pas accepter que le Christ soit arrêté, jugé et crucifié… N’aurions-nous pas fait de même avec un ami, et à plus forte raison auprès du Fils de Dieu ?

Jésus désire que ses apôtres entrent peu à peu dans le Mystère de la Passion et de la résurrection. Il prépare leurs cœurs à ce qui va advenir, même si cette annonce demeure, pour le moment, incompréhensible. Le Seigneur appelle ses amis à prendre de la hauteur, du recul. Il leur propose de passer de simples sentiments humains à une foi nourrie par la confiance et l’espérance.

Il leur annonce aussi qu’être chrétien suppose des choix, donc des renoncements, même si la joie est au bout du chemin !

C’est un peu l’expérience que fait le prophète Jérémie, dans la première lecture : il se laisse « séduire » et « saisir » par Dieu, et cette attitude va le pousser à se dépasser. Il va devoir lutter contre les violences, les attaques, les railleries. En surmontant ses peurs et ses doutes, il deviendra cet authentique témoin auprès de ses contemporains.

Et l’apôtre Paul, dans la deuxième lecture, évoque lui aussi la nécessité, pour le croyant, de se donner tout entier pour l’annonce de la Bonne Nouvelle. Pour y parvenir, il faut se laisser transformer en profondeur par Dieu, afin de discerner sa volonté et agir selon ce qui lui plaît !

Voilà, frères et sœurs, en cette veille de rentrée, de beaux repères pour nourrir notre vie de foi et notre engagement paroissial ; consentir à donner le meilleur de nous-mêmes, nous engager sereinement à la suite du Christ, nous mettre au service de nos frères selon nos talents, nos charismes, nos capacités.

Chacun de nous peut trouver sa place dans la communauté : l’annonce de l’Evangile, l’attention aux plus démunis, les domaines matériels et financiers, l’accompagnement des enfants, jeunes ou adultes qui cheminent  dans la foi. En suivant une formation, en se préparant à un sacrement, en aidant à préparer les célébrations. En étant attentif à l’accueil, lors des permanences paroissiales ou à l’occasion des messes. En soutenant les familles en deuil, les malades, les anciens. En donnant un coup de mains ponctuel à l’occasion d’un temps fort. En rejoignant l’équipe communication de la paroisse. Et tant d’autres propositions à faire grandir ou à inventer !

Ayons donc le courage et l’audace de Jérémie, de Paul ou de Pierre. Mettons nos pas dans ceux du Christ Jésus avec confiance. Et notre année pastorale sera belle, joyeuse, féconde ! Amen.

Alain-Noël Gentil

Télécharger en PDF

Articles associés