Homélie du dimanche 28 juin 2020

 

Pas de concurrence ! Non, frères et sœurs, pas de concurrence entre l’amour que nous portons à nos proches, parents, enfants ou amis, et l’amour que nous portons au Seigneur !

Jésus lui-même aimait profondément Dieu son Père, mais il avait également un amour sans faille pour les hommes. D’ailleurs, il l’affirme lui-même lorsqu’il dit : « tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et tu aimeras ton prochain comme toi-même ; ces deux commandements sont semblables ! » Et le Christ nous appelle même à aimer nos ennemis : c’est tout dire !

Donc nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une hiérarchie dans l’amour : il y aurait Dieu qu’il faut aimer plus que tout, et nos proches que nous aimerions un peu moins… L’Evangile ne nous dit pas cela !

Lorsque Jésus nous demande de l’aimer, de le connaître, de le suivre, il ne s’agit pas de renier ou de mépriser nos affections humaines. Mais de reconnaître le visage du Christ dans celui de nos frères, et de reconnaître le visage de nos frères dans celui du Christ !

L’amour que nous portons à Dieu et celui que nous ressentons pour nos familles et nos amis ne sont pas exactement les mêmes. Mais ils ont la même source, le même fondement. En aucun cas ils ne s’opposent ; ils se complètent et se nourrissent.

Jésus développe cette idée lorsqu’il nous parle d’accueillir, de désaltérer, de prendre soin. Et plus encore lorsqu’il nous appelle à donner notre vie pour lui et pour nos frères.

L’apôtre Paul le dit autrement, lorsqu’il nous propose d’être « vivants pour Dieu en Jésus-Christ » ; notre baptême nous fait entrer dans le Mystère de la résurrection du Seigneur, afin de mener « une vie nouvelle ».

Et dans la première lecture, le prophète Elisée promettait déjà une descendance à la femme de Sunam qui l’avait hébergé. Oui, la vie de Dieu est semence dans les cœurs de ceux qui sont attentifs aux autres !

Alors, frères et sœurs, dans les jours qui viennent, osons l’amour tous azimuts ! N’opposons jamais la foi et le service, la prière et l’action !

Demandons au Christ ressuscité de nous aider à réconcilier en nous l’attention aux autres et le souci du Seigneur : les deux sont prioritaires, et si nous les vivons de concert, nous porterons du fruit ; nous deviendrons les témoins de la Bonne Nouvelle, en parole, en prière, en actes !

Que Dieu nous donne cette grâce, si précieuse, si féconde, et qui rend heureux, en profondeur ! Amen.

 

Alain-Noël Gentil

Télécharger en PDF

Articles associés