Homélie du dimanche 21 juillet 2019

Homélie du dimanche 21 juillet 2019

Comment réconcilier en nous le désir de servir et la prière ?
Comment articuler l’écoute de la Parole de Dieu et les tâches matérielles qui font notre quotidien ?
Comment donner une vraie place à Jésus Christ, sans pour autant négliger nos frères ?
Voilà les défis que nous propose l’Évangile de ce jour…

On pourrait résumer ce message ainsi : « il y a un temps pour tout ! »
Jésus ne reproche pas à Marthe de rendre service : il lui fait seulement remarquer, lorsqu’elle appelle sa sœur à la rescousse, que le temps de la rencontre est premier : rencontre avec Dieu et sa Parole, pour ensuite porter davantage de fruits.

Certains d’entre nous, dans cette église ce matin, se sentent sans doute plus proche de Marthe. Quelle belle qualité que de se mettre au service des autres, de veiller à ce que l’invité soit bien reçu, de prévoir et d’organiser, d’être attentif au moindre détail… D’autres se sentent peut-être plus proches de Marie : prendre le temps de méditer la Parole de Dieu, prier, se ressourcer, enraciner sa vie dans le Seigneur !

Mais méfions-nous des caricatures : mêmes les pères chartreux qui ont consacré leur vie à Dieu, dans le silence et la prière, se mettent au service les uns des autres ! Ils sont à la fois Marthe et Marie, et nous sommes appelés à la même attitude. Parfois, dans nos familles, dans nos paroisses, une opposition stérile se dessine : il y aurait ceux qui sont les champions de la prière, et ceux qui seraient les meilleurs dans le service et la solidarité !
Bien sûr, nous avons nos charismes, nos complémentarités, et tout le monde n’est pas à l’aise dans tout ! C’est ce qui fait la richesse du Corps du Christ, l’Église, dont parle Saint Paul dans la deuxième lecture. Mais notre vocation de baptisés fait de nous des femmes et des hommes invités à tenir ensemble la prière et l’action !

Nous mettre à l’écoute de la Parole de Dieu rend fécondes nos activités ; servir nos frères nous permet de prier avec plus de force et de fidélité.

Le temps de l’été, souvent un peu moins chargé que le reste de l’année, peut-être propice à cette double vigilance… Et dans la première lecture, nous en voyons les fruits dans la vie d’Abraham, qui ose la confiance en Dieu en l’accueillant dans son cœur comme devant sa tente !

Frères et sœurs, que cette eucharistie nous donne le goût de la prière et du service ; que la Parole de Dieu transforme nos cœurs en profondeur, soyons les témoins vivants de Jésus-Christ, lui qui osait si souvent le cœur à cœur avec son Père, mais qui savait aussi laver les pieds de ses disciples.
Alors, nous serons vraiment heureux de croire, de vivre et d’aimer !

Amen !

Alain-Noël GENTIL

Télécharger en PDF