Logo homélies

Homélie du dimanche

Qui est mon prochain ? Voilà la question qui nous est posée pour cette célébration, mais aussi pour notre vie de chaque jour. Si nous posions autrement la question, cela pourrait donner : de qui dois-je avoir soin ? Comment être attentif aux personnes qui m’entourent ? Quelles attitudes de compassion, de bienveillance, de solidarité, de pardon puis-je avoir ?

Le temps du carême est propice à cette réflexion personnelle, qui peut déboucher sur des actes concrets. Nos efforts en direction du peuple ukrainien et des femmes victimes de violences conjugales nous permettent, en paroisse, de mesurer combien la fraternité à laquelle le Christ nous appelle est essentielle… Et en retour, nous recevons la joie simple des personnes qui sont soutenues, comme le montre cette simple lettre d’une dame reconnaissante.

Mais mon prochain, c’est aussi ma sœur et mon frère en Eglise : celui qui va bien, celui qui est malade ; celui dont la foi est solide, celui dont l’espérance est fragile ; celui qui a sa place dans notre communauté, celui qui ne sait pas comment y être utile ; celui qui est respecté, accueilli, et celui qui se sent exclu.

Notre démarche synodale, en communion avec les paroisses du monde entier, nous permet de réfléchir au partage des responsabilités pour l’annonce de l’Evangile ; quelle que soit notre sensibilité, quel que soit notre âge, quels que soient nos charismes et nos talents, nous sommes chacune et chacun ces « pierres vivantes » sur lesquelles l’Eglise peut continuer à se construire. Et la pierre angulaire, c’est Jésus-Christ !

Nous sommes appelés par le Seigneur à ne pas considérer nos missions comme des « pouvoirs », mais comme des « services ». Lorsque je dis cela, je pense à toutes les responsabilités que nous portons, à commencer par mon ministère de prêtre. Avec l’équipe paroissiale, avec les conseils, avec toutes les personnes impliquées dans un mouvement, un service, une activité, nous essayons de donner sa place à chacun. N’hésitez pas à nous dire vos souhaits, vos rêves, ce que vous aimeriez améliorer ! Car l’Eglise ne peut pas être une pyramide avec des « chefs » qui décident tout… Je préfère l’image de la roue : Jésus en est le centre, l’Esprit-Saint est la chambre à air, et chacun de nous est un rayon. S’il manque un rayon, la roue est voilée !

Soyons donc, les uns pour les autres, des rayons… de soleil !

Que notre prière et nos gestes soient cohérents. Demandons à l’Esprit-Saint de nous guider, de nous éclairer. N’ayons ni peur, ni honte d’être chrétiens ; mais vivons notre foi en aimant et en restant humbles. Alors nous serons encore davantage artisans de paix, et nous deviendrons les messagers de la joie de croire, dont le monde a tant besoin ! Amen.

Alain-Noël Gentil

Publications similaires