Homélie du dimanche 1er mars 2020 Premier dimanche de carême

Homélie du dimanche 1er mars 2020 Premier dimanche de carême

Genèse 2 : Psaume 50 ; Romains 5, 12-19 ; Matthieu 4, 1-11

 

Etonnantes, ces tentations de Jésus au désert… Au fond, il est assez réconfortant de constater que le Fils de Dieu, lui aussi, a été tenté ! L’orgueil, le pouvoir, la puissance ont été des obstacles potentiels à sa mission d’humilité, de service, de don de soi. Mais Jésus n’a pas cédé ! Il a refusé de tomber dans le piège. Il a privilégié le cœur à cœur avec son Père, le désir de donner, de se donner gratuitement et de renoncer aux honneurs, aux privilèges.

Jésus n’a pas voulu transformer les pierres en pain : pourquoi faire ? Par égoïsme ? Mais lorsqu’il a voulu nourrir une grande foule désemparée, tous ont été rassasiés ! Dans cette situation, c’était pour les autres…

Jésus n’a pas voulu se jeter du haut du Temple : pourquoi faire ? Mais lorsqu’il a annoncé qu’il relèverait le temple de son corps en trois jours, il l’a fait : merveille de la résurrection, au service de notre foi et de notre espérance !

Jésus n’a pas voulu la gloire de posséder et de dominer : pourquoi faire ? Mais lorsqu’il a annoncé qu’il serait avec nous tous les jours, jusqu’à la fin du monde, il a tenu parole !

Le tentateur est vaincu, totalement, définitivement ; car le Christ est avec nous pour dépasser et vaincre les tentations de nos quotidiens : tentations du découragement, du doute, de la peur, de l’égoïsme. Notre foi, notre humanité avec toutes ses richesses, notre espérance nous permettent de lutter contre le mal ! Malgré nos limites et nos faiblesses, présentées de manière poétique dans la première lecture et le livre de la Genèse, St Paul affirme que Jésus peut tout guérir, apaiser, sauver !

Alors, comme chaque dimanche de carême, voici le défi proposé par l’équipe qui a préparé cette eucharistie : puisque Jésus ose le temps du désert, de l’intimité avec son Père, oserons-nous vivre cette même démarche ? Comment prendrons-nous, cette semaine, un vrai cœur à cœur avec le Seigneur ? A chacun de trouver son moment, sa disponibilité, ces quelques minutes offertes à Dieu, gratuitement…

Merci Seigneur pour ce temps de grâce, de conversion, de joie et d’amour que tu nous proposes : avec toi nos vies sont plus belles, plus vraies, plus sereines. En Eglise, avec l’Evangile comme boussole, nous serons capables du meilleur ! Amen.

 

Alain-Noël Gentil.

Télécharger en PDF

 

 

Articles associés