Logo homélies

Homélie du dimanche

Dimanche 19 décembre 2021

Frères et sœurs, quelle joie de fêter avec vous ce quatrième dimanche de l’Avent, à quelques jours de célébrer, à Noël, la venue de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, dans notre monde !

Quelle joie aussi de fêter avec vous mes 30 années d’ordination… Le 15 décembre 1991, le père Dufaux m’ordonnait prêtre dans la basilique du Sacré-Cœur, à Grenoble. Que de chemin parcouru depuis ! L’aumônerie de la maison d’arrêt St Paul à Lyon, le service des vocations, les aumôneries scolaires, la diaconie, les maraudes auprès des femmes prostituées… Les différentes paroisses qui m’ont accueilli et que j’ai essayé de servir, à Goncelin et au Cheylas, à Vif et à Varces, à Bourgoin-Jallieu et dans les villages qui entouraient ces communes. Et depuis quelques années, cette belle paroisse St Martin du Néron ! Je pense aussi en ce jour à ma famille, à mes amis, aux copains du foot, aux musiciens et techniciens qui m’accompagnent dans mes virées de chansons depuis tant d’années…

Être prêtre, c’est un cadeau permanent, un défi permanent. C’est beau et c’est difficile. C’est passionnant et ça remet tous les jours en question. C’est avoir le souci des personnes qui croient, mais aussi de celles qui cherchent et qui doutent. C’est essayer d’être artisan d’unité, avec cette formidable mais complexe diversité des sensibilités que nous représentons. C’est aimer le monde, l’Eglise, avec leurs richesses et leurs limites, leurs énergies et leurs faiblesses. C’est avoir le souci de chaque personne, avec une attention particulière pour les cabossés de la vie : affectivement, financièrement, professionnellement, physiquement, psychologiquement…

Être prêtre, c’est prier, célébrer, offrir au Seigneur les combats et les espérances qui jalonnent nos existences.

Être prêtre, c’est annoncer l’Evangile, mais pas seul : avec tous les chrétiens qui partagent cette belle mission de témoigner de la Bonne Nouvelle !

Être prêtre, c’est servir le Seigneur et les hommes, avec tout ce que je suis : mes talents et mes limites. Je rends grâce à Dieu pour tout ce que son Esprit réveille en moi ; et je demande pardon, en cet anniversaire, à tous ceux que j’ai pu blesser.

Dans l’histoire de l’humanité et de l’Eglise, trente ans, c’est une paille ! Mais dans ma vie, c’est déjà un bon bout de chemin…

Merci à celles et ceux qui, jour après jour, éclairent et façonnent mon ministère. Et merci au Dieu de Jésus-Christ, d’avoir eu la délicatesse (ou la folie) de m’appeler à ce service. Même si j’ai bien conscience de ne pas en être digne, avec vous et pour vous, je vais continuer la route ! Amen.

Alain-Noël Gentil

Publications similaires