Homélie du dimanche 15 septembre 2019

Homélie du dimanche 15 septembre 2019

 

« Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple… » Cette phrase de la première lecture peut nous choquer, surtout si on la compare aux paroles de Jésus. Dans l’Evangile, le Christ nous présente la tendresse de Dieu, sa compassion, son désir qu’aucun de ses enfants ne se perde… Alors comment comprendre ce paradoxe ?

L’auteur du livre de l’Exode ne nous dit pas que Dieu serait vengeur, revanchard, punissant… Au contraire, il affirme que malgré ce que l’on pouvait imaginer à l’époque, soit 12 siècles avant Jésus-Christ, le Seigneur n’est pas un Dieu qui punit ! Dans l’histoire de notre Eglise, et même dans la pensée de certains de nos contemporains, cette image d’un Dieu juge et arbitraire subsiste encore. Il n’est pas rare d’entendre cette expression : « mais qu’est ce que j’ai fait au Bon Dieu pour mériter ça ? » Comme si le Seigneur voulait nous faire subir des épreuves ou des sanctions lorsque nous nous éloignons de sa route… Il est heureux que la traduction de la fin du « Notre Père » ait été corrigée : « ne nous laisse pas entrer en tentation », c’est quand même mieux que : « ne nous soumets pas à la tentation ! »

Et voici que Jésus nous parle d’un Dieu d’amour, qui n’a de cesse de se préoccuper de chacun de nous, que nous soyons dans la bergerie ou perdu dans la montagne… Saint Paul, dans la deuxième lecture, nous le dit avec ses mots, son tempérament, son histoire : malgré les incohérences et la violence de son comportement, Jésus l’a rejoint, aimé, saisi et a changé son cœur ! C’est ce qui est proposé à chacun de nous, puisque le Christ nous appelle avec tout ce que nous sommes, mais en désirant au plus profond notre conversion et notre bonheur !

Alors, pour cette semaine, voilà de beaux défis : nous laisser chercher par le Christ, consentir à revenir à lui, aller vers nos frères avec bienveillance et compassion. Accueillir un Dieu qui ne se lasse pas de nous aimer. Nous réjouir lorsque nous revenons vers le Seigneur, ou lorsqu’un proche découvre ou redécouvre sa présence d’amour.

Dans les jours qui viennent, un nouveau parcours alpha démarrera sur notre paroisse ; les adultes qui demandent le baptême commenceront leur chemin catéchuménal.  Les enfants et les ados vont commencer leur aventure d’éveil à la foi, de caté, d’aumônerie ou de scoutisme.

Saurons-nous appeler, stimuler, proposer la foi ? Saurons-nous annoncer et être les témoins du Dieu de Jésus-Christ, qui apporte confiance, paix et bonheur ? Serons-nous les témoins de la foi, l’espérance et l’amour ? Oui, nous oserons ! Amen.

Alain-Noël Gentil

Télécharger en PDF

Articles associés